Articles de presseRadios - TVFilms diversLivres diversFilms EXITMenu journalistesRetour accueil


Retour au menu précédent


Quelle est la situation juridique en Suisse ?

Les faits montrent qu'un nombre croissant de médecins informent leurs patients et les interrogent sur leurs volontés.
Cependant, l'acharnement thérapeutique abusif existe toujours et certains médecins n'informent pas suffisamment
leurs patients et ne tiennent pas assez compte de leurs volontés.

Or, c'est la personne concernée et elle seule qui doit avoir le dernier mot en ce qui concerne la fin de sa vie et,
plus largement, les soins qu'elle veut ou ne veut pas recevoir (droits des patients)

Il s'agit pour nous de veiller à ce que cette volonté clairement exprimée soit scrupuleusement respectée par le corps
médical. EXIT A.D.M.D. Suisse romande souhaite aussi qu'une loi fédérale autorise expressément l'assistance médicale
à la mort choisie, ceci sous certaines conditions.

Actuellement, le Code pénal (art. 114) interdit d'aider activement quelqu'un à mourir (euthanasie active), même si c'est
la demande expresse de la personne concernée.

Par contre, en ce qui concerne le suicide, non seulement le Code pénal ne définit pas le suicide comme un délit, mais
la Suisse est l'un des rares pays au monde où l'aide au suicide n'est pas punissable, sauf si le mobile en est égoïste
(art. 115) du Code pénal). Ainsi, toute personne désirant maîtriser les dernières phases de sa vie a le droit de recourir au
suicide assisté ou non; nous préférons le terme d'autodélivrance. Par contre, l'euthanasie active demeure interdite
(alors qu'elle constitue la seule solution dans certains cas).

C'est pourquoi EXIT A.D.M.D. Suisse romande lutte, ainsi que d'autres groupes, pour que les dispositions du Code pénal
concernant l'euthanasie active soient modifiées. La majorité de la population suisse a d'ailleurs souvent exprimé que tel
était son souhait.
Néanmoins, les diverses propositions de modification, telle la dépénalisation du médecin qui aiderait à mourir par
compassion, n'ont jusqu'à présent pas été prises en considération, ni sur le plan fédéral, ni sur le plan cantonal
(refus de l'initiative Cavalli). C'est donc la loi actuelle qui est en vigueur :
elle ne répond plus aux besoins et à l'évolution de la société.